Du Lac de Geneve au Lac Baikal: deux metropoles en construction

Guy Mettan

Abstract


En apparence, Geneve et Irkutsk n'ont rien en commun. A part une amitie reciproque et la proximite d'un lac, il est difficile de trouver des points communs entre la Suisse francophone, dont Geneve est la ville le plus importante, et la Siberie centrale, dont Irkutsk, est la capitale. Et pourtant les deux regions, malgre les differences de taille, de densite de la population, de climat, d'economie et de traditions culturelles, sont confrontees au meme probleme: elles sont trop petites et trop limitees pour assurer, avec leurs seuls moyens, leur avenir et elles doivent imperativement s'unir a des villes voisines pour renforcer leur statut de metropole regionale et s'imposer face aux regions et aux pays concurrents.

C'est ainsi qu'Irkutsk projette de s'unir aux villes voisines d'Angarsk et de Chelekhov pour constituer une megapole au c?ur de la Siberie, tandis qu'a Geneve le debat fait rage pour trouver des solutions a l'exiguite geographique et a l'insuffisance des moyens face aux grandes regions metropolitaines de France, d'Italie et d'Allemagne.

Ce debat est propre a toute la Suisse. Malgre sa petitesse, la Suisse est divisee en 26 cantons. Ces unites administratives sont jugees trop couteuses, trop petites, trop lourdes et trop compliquees pour assurer l'avenir economique et meme politique du pays. De nombreux groupes de reflexion proposent donc de reduire ce nombre a 3, 5 ou 10 grandes provinces selon les cas. En Suisse, romande, il y a dix ans, des mouvements politiques ont meme lance l'idee de fusionner les cantons de Vaud (dont Lausanne est la capitale) et de Geneve. Mais l'echec a ete fracassant : le peuple des deux cantons a refuse cette option a 80% des voix. On cherche donc d'autres solutions.

Les discussions s'orientent desormais autour de la constitution d'une grande metropole lemanique qui regrouperait les deux grandes villes de Geneve et Lausanne et les villes plus petites de Montreux, Vevey, Nyon ainsi que la ville francaise d'Annemasse dans un ensemble qui atteindrait environ un million d'habitants au total. Le lac Leman (Lac de Geneve) faisant office de point commun entre ces villes, la region prendrait le nom de metropole lemanique ou de Bassin lemanique. Ce qui a pour avantage de ne pas mettre Geneve trop en evidence et de ne pas vexer les autres villes dont les noms seraient menaces de disparaitre au profit de Geneve.

Pour reussir, ce rapprochement doit respecter quelques principes fondamentaux :

1) developper les infrastructures communes et les moyens de communication entre les villes partenaires : la gestion de l''aeroport international de Geneve a ainsi ete ouvert a la France et aux representants de Lausanne. On projette de construire une troisieme voie pour l'autoroute et la ligne de chemin de fer qui relie Geneve a Lausanne. Sur le plan politique, les deputes des deux provin2ces militent dans la meme direction.

2) respecter les identites traditionnelles et developper une identite commune autour d'un projet rassembleur. Le projet de fusion a echoue parce qu'il niait l'histoire et les traditions propres a chaque ville. Sans territoire et de tradition protestante calviniste, Geneve est universitaire, internationale, tres urbaine. Lausanne est lutherienne et plus enracinee dans une region agricole et viticole. La culture et l'economie, et surtout la fiscalite ne sont pas les memes. Cela reconnu, il convient malgre tout de developper des projets communs, qui rassemblent les habitants des deux regions et puissent peu a peu forger l'idee d'un destin commun. Pour Geneve et Lausanne, ce pourrait etre la vocation internationale, Geneve etant connue pour ses organisations internationales liees et le siege europeen de l'ONU tandis que Lausanne est devenue la capitale internationale du sport avec le CIO (Comite international olympique et federations sportives). Un deuxieme axe est de profiler l'ensemble de la metropole comme une region du savoir, avec ses universites, ses sieges d'entreprises multinationales et centres de recherche et de haute technologie.

3) promouvoir la region comme un ensemble coherent et solidaire tant aupres des autorites federales, des autres regions du pays que vis-a-vis de l'etranger. La promotion economique, la vision politique, le developpement des infrastructures, le tourisme doivent faire l'objet d'une communication commune car les etrangers ne font pas tres bien la difference entre les divers elements qui composent la region. Un label commun a ainsi ete cree sou l'appellation de Lake Geneva Region.

4) L'equilibre entre les partenaires doit etre respecte. On ne rapproche pas des villes comme on fusion des entreprises. Pour reussir, les objectifs doivent etre partages et chacun doit etre respecte. C'est pour cela que de tels rapprochement consomment beaucoup de temps, d'energie et exigent de la patience. C'est tres long d'apprendre a voir ce qui unit plutot que ce qui separe. C'est ainsi que toutes les tentatives de rapprochement entre Geneve et Lausanne ont, pendant des decennies, echoue parce que beaucoup de riches habitants du canton de Vaud viennent travailler a Geneve mais paient les impots dans le canton de Vaud selon le droit national, ce que Geneve trouve injuste car c'est elle qui doit financer les infrastructures publiques. Desormais, on a decide de laisser le probleme en suspens pour s'attaquer seulement aux projets communs, que chacun peut financer de facon equitable.

Voila en quelques mots, l'etat d'avancement de la metropole lemanique. Le projet avance, des habitudes de collaboration sont prises. En Suisse, a cause de la complexite des procedures democratiques, les changements sont tres lents. Il est donc possible d'aller plus vite. Mais a condition de respecter les quatre principes enonces plus haut. Dans cette perspective, je souhaite donc bonne chance a la future megapole Irkutsk-Baikal!




DOI: http://dx.doi.org/10.7480/projectbaikal.9.497

DOI (PDF (Русский)): http://dx.doi.org/10.7480/projectbaikal.9.497.487



Copyright (c) 2006 Guy Mettan

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License.